Humberto Castro est un artiste cubain né en 1957 et vivant aux USA.
De 1990 à 2000 il habitait en France et depuis il expose en France et aux USA. La galerie Akié Arichi a dèjà exposé ses tableaux dans pleusieurs expositions de groupe. A cette
occasion, l'artiste présente une vingtaine tableaux. Vers 1985, lorsque le peintre cubain Humberto Castro expose ses premières œuvres à La Havane, le corps humain a été le leitmotiv qui s’est retrouvé dans les étapes successives de son travail. A travers le corps humain, parfois isolé, et perdu dans un environnement énigmatique, Humberto Castro offre une image existentielle et psychologique, qui paraît inhérente à l’homme dans les sociétés contemporaines. Ses peintures et installations sont apparentées au manque de communication, à l’agressivité et à la solitude de l’homme dans le monde d’aujourd’hui. Dans sa nouvelle exposition, « Les Fables contemporaines », Castro explore le rôle de l’inconscience, et de la réverie dans notre vie quotidienne.
Ce n’est pas par chance que la place des anciens mythes (tels qu’Oedipe, Narcisse, Orphée ou Léda) dans la vie contemporaine, sont toujours reliés à l’angoisse existentielle que les artistes américains ont exprimé à travers la violence, le hasard et le chaos. Il a recours à des coups de pinceau expressionistes et des arrangements dans l’arrière-plan, mais l’angoisse existentielle est présente principalement sous la forme de l’improbable. Son monde enchanté est à la fois lyrique et hostile.
« Les Fables contemporaines» sont des contes de l’absurde. Elles peignent des images qui semblent être des morceaux d’un cauchemar indéchiffrable. Dans ses nouvelles peintures, le sens de l’espace est plutôt poétique et suggestif. Il y a également une iconographie qui se rapporte à la logique du rêve : des personnages qui flottent dans une sorte de vide, des hommes perdus dans des forêts circulaires et menaçantes, des hybrides de bateaux, d’animaux, d’hommes et de branches d’arbres. A là différence des œuvres qu’Humberto Castro avaient faites à Cuba, dans lesquelles la couleur avait été rendue avec violence, et avec des contrastes prononcés de couleurs primaires, il y a ici une tendance à dissoudre la couleur dans une unité monochromatique, après avoir couvert la toile avec une première couche d’une couleur dorée. Si les peintures de Castro des années 85 pouvaient être considérées comme un cri, ou une déchirure, ces nouvellrs toiles peuvent être vues comme une expression surgie du silence, de peurs et de l’introspection.

HORAIRES : 

Du mardi au samedi de 14h30 à 19h00

HEURES DE VERNISSAGE : 

de 17h30 à 21h

MOYENS D'ACCÈS : 

LIGNE 1 - BASTILLE

LIGNE 8 - LEDRU-ROLlIN

BUS 46 - VOLTAIRE LÉON BLUM