Pierre Delcourt

Pierre Delcourt (né en 1956) est de ceux qui ont su reformuler les codes de l’art abstrait. La première chose qui frappe dans ses compositions est qu’il a un sens de la composition qui est d’autant plus remarquable qu’il n’y a là ni point de fuite ni perspective. Et pourtant, en dépit de l’apparente anarchie formelle de couleurs plus ou moins prédominantes et de traits noirs d’une grande finesse, isolés ou regroupés, on ne tarde pas à s’apercevoir que l’ensemble paraît avoir été conçu selon une précise disposition architecturale. C’est le paradoxe qu’il a sans cesse recherché et qui aboutit à la création d’un univers alliant une sorte de constellation n’ayant ni commencement ni fin, ni structure définie, ni ordre spatial, ni même symbolique, et qui malgré tout est régie par des lois secrètes lui assurant un équilibre irréprochable. Dans ses œuvres récentes, le peintre a mis en avant trois couleurs : le bleu, le blanc et le gris. Les harmonies engendrées par cette trilogie sur sa palette sont sujettes à d’innombrables variations et introduisent sans cesse de nouvelles expansions spéculaires. Elles sont énigmatiques, mais ne jouent pas sur le registre du mystère ou de l’hermétisme. Ce sont de pures divagations poétiques agencées par l’œil d’un spectateur qui est d’abord surpris et désorienté, mais qui, très vite, découvre un sentiment d’harmonie dépassant le désordre auquel il s’est cru confronté de prime abord.

Gérard-Georges Lemaire
30 septembre 2021

Pierre Delcourt